Les chants de la Terre



"Du vert au bleu, du rouge et du noir à l'ocre, il nous dit l'air et l'eau, le feu, la terre, et l'infini. Des lignes profondes qui n'appartiennent plus à l'artiste font comme des précipices ou le mystère des abîmes le dispute à la mystification"

Gabriel Madeleine

En captant ce "chant" silencieux et invisible de la planète, en le matérialisant sur la toile ou la sculpture, le travail de Miguel Lebron, guidé par le champ magnétique terrestre s'intitule Les Chants de la Terre.

 

Depuis la naissance du monde le champ magnétiques terrestre nous entoure, nous oriente et nous protège. Sous l'influence de cette énergie, impalpable et invisible, la matière se transforme, bouge, prend vie.

En captant et en matérialisant ce "chant" silencieux de la planète, l'œuvre des Chants de la Terre devient l'expression visuelle et tactile des champs magnétiques terrestres.

La planète s'exprime, elle nous laisse voir, toucher et entendre son champ magnétique, dans une œuvre poly sensorielle.

 

La Nature devient Art

 

Chaque œuvre est unique, elle est la représentation abstraite d'un lieu et d'un instant. Dépassant les limites de la peinture traditionnelle, l'image peinte du paysage est remplacée par le paysage en tant que tel, représenté par son empreinte magnétique sur la toile. Energie naturelle et inspiration humaine aboutissent à un résultat plastique, renouant ainsi le contact de l'homme avec la Terre.


" Capter l’énergie magnétique, la transfigurer dans une œuvre abstraite, entre réalité et virtualité, rendre visible l’invisible."

Le travail des Chants de la Terre consiste à fixer sur un support les différents champs magnétiques de la planète.


Le résultat final est influencé par la disposition et la puissance des sources magnétiques environnantes, l'amplitude du champ géo-magnétique terrestre du lieu de réalisation de l'oeuvre,  la composition des pigments, la thixotropie des liants, et l'inspiration des mouvements de la main.

 

L’intensité magnétique varie d’un point à un autre de la planète, une oeuvre réalisée dans l’hémisphère nord aura une apparence différente dans l’hémisphère sud.

 

Changeant également suivant les cycles du soleil et de la lune, le champ magnétique terrestre est dans un mouvement perpétuel, ses rapports d’expression ne sont jamais identiques, ni dans le temps, ni dans l’espace.

 

Chaque oeuvre des Chants de la Terre porte la signature de la planète, à travers la longitude et la latitude de son lieu de création, ainsi que la date de fixation du champ magnétique sur le support. 


Les premières découvertes ont été faites en Septembre 2009 en Saintonge, berceau de l'art Roman, elles portent la signature 45.69° -0.32°.

 

Après quelques années d'apprentissage et de maîtrise de l'énergie magnétique, l'Atelier des Chants de la Terre a changé de lieu à la recherche d'autres expérimentations.

 

Il migre depuis, au gré de ses inspirations magnétiques, aux latitudes et longitudes, 43.31° -2.68° en Biscaia (Esp.), 49.12° 1.39° et 49.07° 1.55° en Normandie, 48°54 2.15° en région Parisienne et 47.25° 2.03°. en Sologne. 


Les Elémentaires


Solidification

Socle-roche elle est support et matière.

Sol parfois stérile en apparence elle devient matrice vivante, humus et sédiments. Minéral autant que métal, ferrique elle est magnétisme. Terre de sienne elle s'ocre jaune et s'orange jusqu'aux marron foncé.

 

Notre planète accorde son rythme, ses pulsassions à un cœur forgé il y a des millions d'années. Une époque lointaine, une durée, un temps, une distance dans l'hier que nul mental, nul cerveau "normalement fonctionnel" ne peut appréhender sans perdre équilibre.

Nous ne pouvons regarder le nombre proposé par les scientifiques, certaines religions orientales et des philosophes que comme un objet intellectuel. Ce nombre devient perception ou émotion en traversant la barrière de la raison pour s'engager en poésie.

Tout ce qui a été solidifié, tous les solides sont l'élément terre symbolique, au-delà des sols et des matières.

 On peut y inclure les minéraux, les métaux, les cristaux, la glace, le bois, et justement parce que cela peut faire lien avec les autres éléments.

Couleur de la croûte terrestre aux sols désertiques, mélange de sable et de sédiments ancestraux, légèrement ocre, or, dorées ou bien des riches humus forestiers et plaines alluvionnaires, sombres et ténébreuses.

 

S'y tracent les veinures des vibrations du noyau.

S'y griffent les fractures des flux magnétique.

S'y écaillent les surfaces caressées par les autres éléments.

 

Elle est liée à Hadès, objet mythique symbolisant le rassemblement de ce qui est passé, de ce qui reste de ce qui a vécu et sert de ressources pour le buisson vivant au dessus de lui. Représentation chtonienne-monde souterrain ou tellurique-terre, toujours celle du monde d'en bas.


"La terre se raconte en rigidité et en tension. Des brisures, des cassures, des ruptures imitent le travail de la pensée discriminante aidant aux choix éclairés. Car la terre est raison"


Sublimation

Il est le magma mouvement vie, de la planète, sang de la Terre. 

Il est calorifique, foyer réchauffant qui cuit, facilite et protège.

Il est rythme bruit, crépitement, pulsation et radiation.

il est chemin de vie de mort en porte ici d'entrée, là-bas de sortie en OBE (voyages hors du corps).

Il est saison cycle dodécanion, renaissance, purification et réincarnation.

Il est régénération, cendres fertiles, élan printanier, construction et libération de la vie.

Il est pulsion de vie érotique, plaisir organique, friction de corps, fusion du 2 en 1.

Il est insaisissable, libre, puissant, fragile et pourtant indomptable.

 

Son ami Prométhée crée les humains, voie le feu connaissance et le leur transmet condamné à subir l'aigle vorace le jour et la nuit salvatrice à jamais. Il est hymne au feu, cycle sans fin de la quête du chercheur de lumière.

 

Où l'on parle de triangle de feu, la science dit éléments de combustion.

 

Où l'on croise l'athanor des anciens esprits curieux, le phœnix et la salamandre disent "bains alchimiques, feux bains chauds et froids : bains de vapeur marie, feu de cendres de sable de limailles de charbons, feu de fusion, de Perse d'Egypte et d'ailleurs. Feu secret et feu cosmique."

 Quand l'œil plonge au sein du magma rouge rubis, qu'il circule, curieux, le long des flux matriciels, il s'égare, se perd, ne sait plus, cherche un chemin ancien ou nouveau, une parole perdue qui le guiderai au travers le territoire ardent des nuances rubicondes.

 

Des lèvres entrouvertes, écarlates, ruisselantes, appellent le toucher, la caresse, la récolte de la chaleur, de leur chaleur, le baiser tendre ou fougueux qui étreint, aspire, et dévore jusqu'aux spasmes magmatiques criants leur chants d'amour du fond de leurs entrailles.

 

Tellement irradiant qu'il fait peur.

 

Tellement vibrant qu'il rougit d'émotion les yeux de qui le regarde même subrepticement. Qui sera assez grand, âgé, libre et ouvert pour le recevoir et l'apprécier à sa juste puissance érubescente.

 

Tout ce qui est fusion incandescente en mouvement est lui.

Tout ce qui est radiance de chaleur rouge est lui.

Il aspire les solides, les décomposes, crée de nouvelles matières, formes et profondeurs.

 

C'est la gueule de l'Ouroboros qui avale l'élément TERRE


" Il est lumière, étincelle, origine du jour, origine du monde. Il est soleil œil sacré centre du monde connu"


Condensation

Tu respires. Qu'est-ce qui t'inspire ? Qu'est ce qui te remplit ?

Tu expires ! Le premier souffle ici ? le dernier vers où ?

Le mal et le sale en toi qu'ils retournent exhalés au fond des abysses du monde.

Tu nourris. Le sang des corps, la sève des plantes. Tu chlorophylles.

 

Que je respire. Durant cent kilomètres depuis le sol montant loin de la surface, que je te respire. Partout la même composition, les mêmes éléments qui s'inventent en toi. Que j'attrape ceux qui s'invitent non visibles, aux noms barbares si communs, azote pour 78%, dioxygène pour 21%, argon, krypton, hélium, néon, dioxyde de carbone, xénon, ozone, méthane...pour le reste...et de l'eau et des traces non nobles créées par moi et mes congénères au sol sur la croûte.

 

Que tous te respirent en bas sur la surface tandis que je regarde toutes tes teintes, celles que je perçois de la rencontre de la lumière solaire au travers tes gaz et ces particules en suspension dans notre atmosphère terrestre, poussées par les vents.

 

L'air symbolise tous les moments vaporeux et gazeux de toutes choses de mes bulles de pensées aussi, du souffle profane à l'égrégore sacré, du concert vivant au magique divin pour qui veut y croire.

Il est doux vent, il est l'infiniment petit, l'infiniment léger, mouvement déplacement fluidique ou arborescent.

Les yeux dessillés voient enfin. Ils voient les mouvements de ces masses d'air, ces vents en permanente condensation de la chaleur humide, réduisant les vapeurs lourdes renvoyant du matériel élément de vie vers le sol, la vie d'en bas.

Il est vent puissant, infiniment tendu des gaz qui se caressent et se frictionnent.

Moment chaotique semblant désordonné au gré des courants et des surfaces.

C'est une distillation fine et orageuse, miroir éthéré du feu de la terre.

L'air s'y zèbre d'énergie folle à délier les puissance du ciel afin de s'y répandre, vers un sol qui n'attend que d'être fécondé, sécurisé, ensemencé d'énergie et de verdure.

 

Que mes frères et sœurs végétaux t'aspirent en eux vent de ce monde.

Que ce jaillissement en ascendances et descendances nervure le monde de ses foliations croissantes.


"Parce que l'air délimite ce qui est en haut, ce qui oriente les forces terrestres magnétiques à la rencontre des vents solaires, ce qui protège la planète et le vivant du néant cosmique et de la trop puissance présence solaire."


Liquéfaction

Mes souvenirs d'enfant font jaillir du bleu bien sûr puis du gris, du vert, du rouge parfois et des couleurs terre jusqu'au sombre marécageux quand je pense à l'eau. Celle de la mer ou celle des fleuves. Celle de la pluie et des torrents. Celle des rus ou celles des mares paysannes.

 

Mais comme je suis né au bord d'une mer et de celle plus bleu que tous les ciels azurés, alors que l'eau sera toujours bleue.

 

L'eau pour l'ancien alchimiste représente tous les liquides, fluides et sang, laves et métaux en fusion, tout ce qui est liquéfié comme tout ce qui coule en pensées, en ressources, même inconsistantes tant qu'elle coule.

Rebelle à toute contrainte, libre, elle est dans un sens ordonnatrice du monde parce que ses cycles et ses mouvements ; elle est rythme des saisons, vagissement de la vie, murmure et vacarme, elle est fureur des larmes de la détresse qui veut hurler et la déraison de la joie histrionne.

 

L'eau pluie, l'haut pôle face au sud, l'ô émerveillé, douceur en neige, de l'au-delà des remparts intérieurs qu'elle va éroder, distillera jusqu'aux racines de toute création sa quintessence, puis voluptueuse vapeur, continuera son chemin, son cycle, laissant en place les matières puissantes solides.


"Un jour j'ai accepté de comprendre que la teinte, reflet du ciel ou des matériaux en suspension, l'est aussi du fait de la lumière, de la manière de regarder."


Matriciel

Nous l'avions perdu dans les méandres des bibliothéques où les anciens ouvrages le nommaient souvent par intuition philosophique plus rarement par croyance. Un tout, deux opposés, trois donnant naissance, quatre sanctuarisant faisaient sens mais le cinq devait originer la place de l'être debout, les pieds au sol, la tête au ciel, les bras étendus vers l'horizon. Ils le disaient "éther", invisible, imprégnant tout, remplissant tout, le TOUT.

 

Et puis les quantiques sont venus, non pas ceux des croyants et leur triste cinq mille ans d'histoire, mais les curieux du monde infiniment petit, infiniment lointain, infiniment grand avec leur équations, leurs questions, leurs plaisirs à comprendre et partager, leurs pensées ludiques autant que magiques. 

Et puis ils l'ont retrouvé, disons inventé au même endroit, car il n'avait pas bougé… invisible, partout, remplissant plus des trois quart de l'univers baryonique connu, imprégnant tous les espaces vide. Pourtant point de vide, point de rien ni de noir par absence non, du noir par présence, du noir et de sombres WIMPs (particules massives interagissant faiblement) qui ne laissent rien sortir de leur citadelles. Sombre, gris foncé, noir l'éther-wimp tisse une toile sur-dans-de laquelle tout existe. Il est comme la matrice des autres éléments, un cinquième fabuleux élément.

Il est la porte de l'Arrière-Monde parce qu'il contraint à ouvrir tous les sens pour le pénétrer et s'en pénétrer, à plonger dans ses racines profondes qu'on croit intouchables parce que non visibles par la pensée ordinaire qui ne peux embrasser toutes les vibrations, fortes ou faibles dans le même instant de vie.

Il est la cinquième marche, la cinquième porte, la clef de voûte donnant accès au septième ciel, celui de la connaissance-jouissance.

 

Invisibles

 

Forces… énergies, flux, mouvements… il est des mots comme des symboles, qui ne font que décrire partiellement, qui ne font qu'effleurer ce que l'être et de son âme pourraient, pourront vivre en sens ou en rêves, éveillés ou non. Hier ta main a écrit un triptyque où deux pôles et un équateur disent autant que l'amoureux distillant un précieux verbe parce rare quand il dit à l'autre part de sa vie ce qu'il perçoit au nord et au sud du nombril du monde, à l'équateur de son corps.

Il est de ces attentions que le profane veut négociable et consommable maintenant et tout de suite ; lors que tu glisses la matière de ton monde le long de l'axe des chants de la terre tandis que l'amant fait glisser ses chants sensuels invisibles


"Demain sera un autre ici et maintenant de forces, énergies, flux et mouvements"


Le Triptyque de la Planète



Au fil du temps, l'Atelier des Chants de la Terre ira capter de nouveaux champs magnétiques de la planète, sous d'autres latitudes et d'autres longitudes, dans des ateliers éphémères, des lieux chargés de symboles ou de magnétisme, en pleine nature ou au beau milieu des océans, dans une recherche permanente de nouvelles expressions magnétiques.

 

Après avoir parcouru les 4 coins du globe, cette œuvre trouvera son point d’achèvement avec la création d’un triptyque réalisé aux pôles magnétiques absolus du Nord, du Sud et à l’Equateur magnétique. 

"Notre Terre s’exprimera de son «Chant» magnétique en un lieu précis et en un instant unique"

Expositions


2020

Du 12 au 13 Septembre / Du 19 au 20 Septembre /Loir-et-Cher

Promenade Artistique Moulineuf

Voir Photos


5 Juillet / Pontlevois 

Atelier Migliarini

Voir Photos


2019

Du 27 septembre au 6 octobre / Salbris

Biennale Lion's club aux écuries de Rivaulde

Voir Photos


15 septembre / Chambord

"En faveur de la reconstruction de Notre-Dame de Paris" / Ventes aux enchères

Voir Photos


Du 14 au 22 septembre / Salbris

Exposition "Les Chants de la Terre" au Domaine du Chesne

Voir Photos


Du 23 au 25 août / Brinon-sur-Sauldre

"Jump'Art Festival" / Exposition "Les Chants de la Terre".

Voir Photos


Du 9 au 18 août 2019 / Brioude

"Les Décades de la Peinture" / Exposition "Les chants de la Terre"

lesdecades.wixsite.com

Voir Photos


21 juin 2019 / Paris 8ème

"La nuit de l'ICART" de 18h00 à 22h00 / Exposition "Les chants de la Terre"

www.icart.fr

Voir Photos


Du 27 avril au 5 mai / Atelier 6 / Chouzy-sur-Cisse (Loir-et-Cher)

Exposition "Les chants de la Terre".

www.https://www.facebook.com/atelier.cisse

Voir Photos


2018

Exposition permanente 2018 / Salbris (Sologne)

Exposition "Les chants de la Terre".

www.migleb.com/atelier-salbris

Voir Photos


Du 4 au 5 Aout 2018 / Vendôme

Les ateliers s'emportent / Marché Couvert

www.odeurdelacouleur.info

Voir Photos


Du 31 Mars au 16 Septembre 2018 / Blois

Maison de la Magie / Exposition "La galerie des illusions"

www.maisondelamagie.fr

Voir Photos


2017

Du 2 au 17 Décembre 2017 / Mont de Marsan

Centre d'Art Contemporain

www.cacrf.canalblog.com

Voir Photos


Du 2 au 3 Septembre 2017 / Ordino (Andorre)

Exposition "Les Jardins d'Art d'Ordino".

www.ordinojardinsdart.com

Voir Photos


 Miguel Lebron Dublino / Designer Couleurs & Matières / Artiste Plasticien

miguel.lebrondublino@gmail.com

 

gris